Pictogramme de danger – Nanomatériaux #HSE

Pictogramme de danger – Nanomatériaux #HSE

Santé et sécurité au travail maitrise des risques nanomatériaux Nano Hazard Pictogramme de danger

La nanotechnologie est définie comme étant la science de concevoir, fabriquer et manipuler de la matière à l’échelle atomique et moléculaire. Les grandeurs évoquées sont de l’ordre de 1 à 100 nanomètres (1 mètre = 1 000 mm = 1 000 000 microns = 1 000 000 000 nanomètres). En termes comparatifs, une feuille de papier a une épaisseur d’environ 100 000 nanomètres.
Les nanomatériaux ont pour caractéristiques d’avoir des propriétés variables à mesure que leur taille diminue. C’est-à-dire que pour certains nanomatériaux la conductivité électrique et thermique augmente, tandis que pour d’autres c’est la résistance qui s’accroit. Certains matériaux présentent des propriétés magnétiques différentes et peuvent même changer de couleur et de réflectivité lorsque réduits à cette échelle.

Cependant, les mêmes caractéristiques conférant des propriétés uniques sont également responsables de leurs effets sur la santé humaine et l’environnement.

La commission européenne distingue 3 types de nanomatériaux selon leurs origines :

Origine naturelle : il existe des nanoparticules d’origine biologique, minérale et  environnementale (fumée des incendies de forêt et activité volcanique).
Générés involontairement par l’activité humaine : ce sont les sous-produits non souhaités d’un processus industriel (fumées de soudage et produits de combustion).
Générés intentionnellement par l’activité humaine : il s’agit des nanomatériaux manufacturés conçus intentionnellement avec des propriétés spécifiques (mécaniques, électriques, optiques, catalytiques, etc.) souvent très différentes des propriétés non nanométriques.

Prévention des risques

Compte tenu des connaissances encore limitées sur la toxicité des nanomatériaux, la prévention repose principalement sur la limitation des expositions professionnelles. Une attention particulière doit être portée aux nanomatériaux pour lesquels il y a peu de données toxicologiques ou pour lesquels les premières recherches font apparaître de possibles effets toxiques, notamment chez l’animal.

Les composantes générales de la démarche de prévention

Identification des nanomatériaux présents dans les produits et activités de l’entreprise

Suppression des nanomatériaux lorsque c’est possible

Modification des procédés ou des activités de sorte à ne plus produire ou utiliser de nanomatériaux

Remplacer les nanomatériaux par des substances ayants des effets moindres sur la santé

Optimiser les procédés pour réduire autant que possible l’empoussièrement

Capter à la source les polluants

Employer des équipements de protection individuels lorsque les équipements de protection de collectifs sont insuffisants

Collecter et traiter les déchets en adoptant une méthodologie similaire à la gestion des produits chimiques

Former et sensibiliser les travailleurs exposés aux risques

Mettre en œuvre et adapter les mesures de prévention en fonction de l’état des connaissances

Organiser un suivi médical renforcer pour les opérateurs potentiellement exposés

Évaluer, enregistrer et conserver les expositions professionnelles  (type, durée, quantité, nature des opérations…)

Analyser et exploiter les incidents et accidents survenus

Pictogramme INRS Nanomatériaux Recommandation risque professionnel
La zone de travail

Abonnez vous à la newsletter pour recevoir chaque mois des ressources QSE

Téléchargements

Si cette ressource vous est utile, pensez à partager l’article sur les réseaux sociaux.

Partage & réseaux sociaux :

À propos de l’auteur

Pierre Ehlinger administrator

Les accompagnements en Santé et Sécurité sont subventionnés à hauteur de 50% et dans la limite de 25 000€ pour les entreprise de moins de 50 salariés.